Je ne parle jamais de mes enfants, pour ne pas les mêler à mes actions politiques. Mais.

En voiture dimanche en fin d'après-midi, ma fille de 10ans1/2 nous demandait où se trouve la plus proche centrale nucléaire. Sa maman lui explique alors,qu'elle se trouve du côté de la vallée du Rhône, au delà des Alpes de Haute-Provence. Et que nous devrions donc, en cas de catastrophe, fuir vers l'Italie, au sud. C'est plutôt rassurant.Fuir par l'Italie, au sud. Nous en restons là.

Mais ce soir, l’effroi s'est emparé de moi un instant: un accident dans une centrale nucléaire vient de se produire ! Dans le sud de la France. Nous sommes tous des japonais, aurais-je pu crier, s'il me restait une once d'humour.

Quelques dizaines de minutes plus tard, ma cadette regardait le journal avec moi, quand elle à vu furtivement l'information: " C'est où, c'est en France, me demande-t-elle ? On va tous mourir !"

Je crois qu'il y a des moments où la politique doit amener des réponses. Les adultes, responsables, doivent amener des réponses. Rassurer. Et ce soir, au moment où je témoigne de ces questionnements d'enfants, je suis incapable d'apporter des réponses sérieuses, responsables, rassurantes,

Elle dort tranquillement, maintenant, mais ais-je droit au repos si je n'ai pas tout mis en œuvre pour qu'elle puisse grandir sans anxiété, dans un environnement plus sécure ?
Je peux lui demander d'éteindre la lumière quand elle quitte une pièce, Je sais être pédagogue. Mais lui parler de l'entretien des sites nucléaires ? Lui expliquer la cupidité des hommes ? Lui dire enfin que des accidents industriels, quand ils se passent dans des centrales nucléaires, ne sont pas graves ? Que les nuages passent haut, au-dessus de nos têtes ?
Comment allons-nous pouvoir faire mentir l'antique mythologie grecque, qui ne s'était pas trompée en montrant au travers du supplice de Prométhée, ce qu'il en coûte de voler le feu.*

L'évolution de notre société est assurément bénéfique. Mais nos connaissances galopantes, la science, avec ou sans conscience, la gestion qui dépasse la raison, n'y a t'il pas des choses qui méritent pause et réflexions ? Un débat national, sur le nucléaire, serait-il du luxe ? Est-il urgent d'attendre, pour ne pas agir sous l'émotion ?
Pendant ce temps là, nos enfants grandissent.
Ils nous font confiance.Encore.

  • (cité par François Bayrou p 49 "Etat d'urgence")