La Politique doit permettre le vivre ensemble. Doit donner de l'espoir. Elle doit se faire pédagogue et école de prudence. Elle ne doit pas piquer les bas instincts. Elle ne doit pas surfer sur l'émotion, mais au contraire mettre des mots sur l’inacceptable, pour apaiser les douleurs...Autrement, elle ne sert à rien, à l'image d'individus zappeurs, enfermés dans leurs peurs.

La politique doit offrir des solutions, ou plutôt, amener les gens à trouver leurs propres ressources. Parce que seul , un homme politique ne peut rien. Il lui faut d'abord une équipe, des conseillers, ensuite nos voix. Après, avec nos impôts, le contrôle des instances administratives, juridiques, techniques, légales, toutes ces choses dont nous avons doté notre République, l'élu agit.

Quand, législateur depuis presque 20 ans, un homme politique répond à un fait divers par une proposition de loi, alors je prends le temps de dire ma plus forte désapprobation.

Les hommes politiques sont là parce que nous votons pour eux. Qu'ils soient exemplaires, pédagogues mais pas démagogues. Proches du peuple sans être populistes.

Et qu'ils trouvent le temps d'écouter les souffrances, et les acteurs discrets de la santé, du social, de la souffrance psychique.
Qu'ils se mettent un peu plus à incarner de hautes valeurs morales, à l'heure ou nos jeunes, nos enfants, baignant dans notre crise de société sans but et sans repères, ne savent plus distinguer le réel du virtuel, l'être de l'avoir, le bien du mal.

Quand on vient à dire et répéter le prénom, par fausse proximité, personnalisation douteuse, d'une jeune victime de 13 ans, comme si on la connaissait, on tente de faire comprendre ou de rappeler que l'on est humain.Pourquoi avoir besoin de le rappeler ? Mais une machine politique est-elle encore vraiment humaine ? Malheureusement.




Enfin, je formule le vœu que tous les parents, les grands-parents, les enseignants, les éducateurs, les adultes en général puissent apprendre à leurs enfants, aux enfants, à dire non, à se défendre sans devenir agresseurs, à développer leur esprit critique, à éviter les pièges, à distinguer ce qui est beau, bon, vrai, juste. Oui, cela s'apprend.

(réédition d'un billet de novembre 2011)