Ce mardi 27 septembre, je rejoindrais, dès ma pause déjeuner, deux manifestations, parce que l'heure est au ras-le-bol et à la mobilisation.
Dès 10h Place Masséna. L'école: il faut en sanctuariser les moyens. Arrêter de supprimer les enseignants au primaire, et les adultes présents au sein des collèges, des lycées. L'Éducation nationale ne se réforme pas, alors, détruisons-la ? Ou accompagnons-là dans les défis à relever. Être prof ne doit pas passer par la maitrise des sports de combats. Réhabiliter la beauté de la connaissance, incarner le respect, nourrir la curiosité, faire que chaque enfant et jeune soit, un instant, le centre des attentions des adultes par une/ces capacité(s).Bien sûr, transmettre des connaissances, assurer des apprentissages.
Lire ou re-lire "La Princesse de Clêves."
Au fait, quand ils font grève, on s'en aperçoit encore...service minimum ou pas ! Là, avec l'appel à la grève des enseignants du privé, je pense que l'on va s'en apercevoir.

Ensuite, les militants de l'APF. Une première loi d'accessibilité dans une grande loi cadre "Handicap" en 1975. J'avais 3 ans. Les bâtiments neufs devaient déjà être accessibles. En 2005, de belles intentions, et 10 ans pour agir. Mais voilà, le courage des gouvernants s'est limité à franchir une petite côte, une marche ou deux. Pas à déplacer des montagnes. Les payeurs sont-ils influents ? L'Etat et les collectivités sont-ils exemplaires ? Non, au tribunal de Nice, par exemple. Non encore dans tant d'endroits, (l'Office du Tourisme de Nice sur la Promenade), même si des efforts sont faits.


Mobilisation APF Mardi 27 septembre à 11h place du Palais de Justice à Nice

Dans le cadre de la sa campagne « Des bâtons dans les roues », l’APF se mobilise partout en France mardi 27 septembre 2011 pour dire
« Oui à la conception universelle ! Non aux dérogations ! ».

La loi Paul Blanc et la proposition de loi Eric Doligé vident la loi handicap et le délai de 2015 de leur sens en autorisant les possibilités de dérogations à l’accessibilité sur les bâtiments neufs et existants.

Plus de 28 000 personnes ont signé la pétition pour dire « Oui à la conception universelle ! » sur www.desbatonsdanslesroues.org et des dizaines de députés et sénateurs se sont engagés à défendre le principe d’accessibilité universelle.

Mais l’Etat et les pouvoirs publics n’ont que faire de l’opinion des Français ! En élargissant les possibilités de dérogations sur les bâtiments neufs et existants, ils ont cédé aux pressions des lobbies et des promoteurs immobiliers. Les pouvoirs publics ne prêtent aucune attention aux préoccupations des Français alors que près de la moitié d’entre eux estime que l’accessibilité concerne tout le monde.

La France, qui a déjà un retard considérable dans le chantier de l’accessibilité, vit désormais un retour en arrière de près de 40 ans, imposé par les décideurs publics. Cette entrave à la liberté de circuler ne peut plus durer et l’APF appelle tous les citoyens révoltés par cette situation à se mobiliser lors de la journée nationale d’actions mardi 27 septembre.

Face à ces attaques répétées et discriminantes envers les personnes en situation de handicap et leur famille, des manifestations sont organisées dans près de 40 villes partout en France. Paris, Lyon, Marseille, Lille, Strasbourg, Montpellier, Nantes, Orléans, Tours, Bordeaux, Poitiers, Caen, Nice, etc. : tous se mobilisent pour dire « Oui à la conception universelle ! Non aux dérogations »

Focus sur Nice : « LIBERTE EGALITE FRATERNITE» écrit au fronton du Palais de Justice de Nice mais l’entrée principale est inaccessible aux personnes à mobilité réduite !

100 militants APF et d’associations amies sont attendus de 11 h 00 à 13 h 00 en bas des marches du Palais de Justice. Les Parlementaires des Alpes-Maritimes sont invités à venir dialoguer avec les personnes en situation de handicap qui ne peuvent accéder « comme tout le monde avec tout le monde » à l’intérieur du Tribunal de Grande Instance. Des pétitions seront signées. Des personnes seront portées dans leur fauteuil roulant en haut des marches. Les passants seront invités à nous aider. Nous rajouterons au fronton du Tribunal un 4ème terme : « ACCESSIBILITE ».