C'est finalement avec un peu de tristesse que je suis arrivé au Congrès de l'UDF.
Hier c'était avec une certaine émotion que je prenais l'avion. Maintenant c'est avec de la mélancolie dans les retrouvailles . Le ciel gris parisien, la bruine légère, la lourdeur des transports, particulièrement impropres à l'épanouissement de l'être humain.
Revenons à ceux qui ne sont pas des moutons. Le Congrès de l'UDF, permet ce soir d'examiner une motion unique qui place l' UDF comme composante du Modem , avec des garanties "maximales" pour préserver ses intérêts moraux, matériels et juridiques.
J'ai aimé la mise au point de François Bayrou , debout sur la scène, entre tables des cadres de l'UDF et pupitre vide. " J'ai toujours détesté le culte de la personnalité..."


Les prises de paroles des personnalités et des congressistes se sont succédées pendant bien plus de deux heures.





















Pas de recherche d'exhaustivité dans mon billet : je vous propose un détour vers France Démocrate, avec plus de "direct" http://www.francedemocrate.info/spip.php?article298

Et finalement, ce sont les prises de paroles des adhérents qui me rendront le sourire ce soir, en attendant les votes, il semble qu'il y ait une deuxième motion proposée par Jean Arthuis.
A suivre...



(suite)
Finalement Jean Arthuis est remonté à la tribune pour proposer une modification qui ferait consensus. Dans un vote à main levée très fortement majoritaire, les congressistes ont adoptés cette motion (une vingtaine d'abstention et une quarantaine de votes contre, face à, au minimum, 1500 voix pour)

Je passe sur les adieux non définitifs du député Thierry Benoit, et sur l'ambiance lors de l'apéritif qui a suivi (bonne) : "sauf qui peut" général pour quitter la zone de congrès et affronter les transports d'Ile de France !


Pour ne pas tout vous raconter, sachez que la soirée fut mémorable en terme de convivialité et de solidarité pour les transports. Sans rien dévoiler, c'est une héroïque MLC qui a pris en charge notre groupe composé de gens du sud, d'une Lilloise et de nos amis hauts et bas alpins.
Demain, fondation du Modem, il ne me reste plus qu'à aller me reposer, un peu !