Le Festin des Cougourdons est une vieille tradition niçoise, fête populaire qui mêle tradition chrétienne et païenne. Sur la place du Monastère de Cimiez se pressent aubades, danses folkloriques avec les groupes locaux et musique du Pays Niçois. La population se régale aussi de spécialités locales , fougassette à la fleur d'oranger, socca, pissaladière...Le jardin des Arênes accueille des maisons d'édition de livres et journaux régionaux. Mais le roi de la fête, incontestablement , c'est le cougourdon ! Ce légume identitaire niçois, dans une variété non-comestible, est savamment cultivé et séché au soleil. Je précise savamment, parce que j'ai essayé, sans succès .Il y a des savoirs qui se partagent mais qui doivent se doubler d'observations et peut-être d'un peu de chance. Le cougourdon sera donc, après transformation mesure, louche, crèche,gourde, élément de composition florale ou mille choses aujourd'hui décoratives mais autrefois utilitaires. Ce légume composant de l'identité niçois est pour moi, non pas un étendard de culture menacée mais un signe d'universalité. Qui s'intéresse au cougourdons ne manquera pas de se procurer des poupées africaines en "calebasse" ou des ustensiles malgaches, réunionnais ou même d'Asie.
"Enfin le festin des cougourdons" , car la fête coïncide toujours avec l'arrivée du printemps, et que le renouveau saisonnier est signe de régénération. Un pique-nique sous les oliviers, en famille , en croisant de nombreux amis, sera pour moi le clou de la journée.

Je ne peux clore ce rapide billet, sans l'évocation de la kermesse du Printemps : le festin des cougourdons , avec la kermesse des associations de jeunesse du quartier (St Pascal et Notre Dame de la Joie, colonies de vacances de Moulinet et de St Auban) se tenait dans le grand cloître du Monastère . Et les jeux, les stands de la kermesse financaient de façon conséquente les investissements des deux colonies de vacances. Petit, je me passionnais pour le jeu de massacre ou les flêchettes, mais "grandet" et jeune homme, c'est la tenue des stands qui nous ravissait.
Et j'ai toujours été marqué par la parfaite organisation qui permettait en quelques dizaines de minutes à une équipe de bénévoles bien rôdés de plier, ranger et nettoyer une kermesse qui avait été installée pendant toute une semaine et préparée depuis plus d'un ou deux mois. Un militant, un bénévole, ça ne se fabrique pas tout seul! (et ça n'agit pas tout seul..)
Un mot pour vous dire que la magnifique "maison des cougourdons" comme je l'appelle (photographies) se trouve avenue des Arênes. Et que les célèbres "Nuls" de Canal + ont eux aussi rendus hommage au Festin des Cougourdons dans le "bonus" après le générique, de leur cultissime film, "la Cité de la Peur".



.