Ce matin l'annonce est faite par N.Sarkozy de sa candidature, à la candidature pour l'UMP. Dans cinq ou six journaux de la presse quotidienne régionale. Et en "primeure" sur le site internet du journal Libération. Cette campagne présidentielle est lancée avec une guerre de communication sans précédents en France.

Mais aujourd'hui le "net" brouille les stratégies des plans médiatiques.

Une introduction qui m'amène à vous livrer une de mes vieilles interrogations : le jeu politique, la bataille démocratique et les campagnes électorales sont elles toujours des affrontements où tout serait permis ? L'intimidation, les gros bras ont-ils encore aujourd'hui le droit de citer ?

Quels talents seront employés pour caricaturer l' adversaire, éditer des tracts diffamatoires ?

Je ne me permettrais pas d'évoquer cela si je n'avais pas , vers le printemps d'une municipale niçoise, il y a environ 10 ans , ramassé avec un camarade des centaines de tracts diffamatoires lancés d'une voiture en pleine vitesse sur un grand boulevard . Cette pratique digne du Nicaragua survolé par la CIA aura t'elle cours en 2007 et 2008 ?

Je ne le souhaite pas . Je ne rêve pas de cette vision de la démocratie pour les jeunes que je côtoie et pour mes enfants. Nous travaillons à élaborer des projets, à souder des équipes, à interroger nos valeures et dépister les résistances au changement dans la société néfastes au bien commun. Il faut valoriser la confrontation d'idées et pas la confrontation des hommes. Là, peut être, les dernieres mesures pour une meilleure parité hommes / femmes, amèneront sagesse et courtoisie.

Conclusion : je peux dormir en paix, je ne sais pas jouer aux échecs. Bonne nuit